HISTOIRE DE LA PLONGEE

Les premiers pas.

L’antiquité.

Curieux par nature, l’être humain a toujours cherché à conquérir tous les milieux naturels, et donc à pénétrer sous l’eau.

Les premières références à une activité sous-marine date de l’antiquité égyptienne avec les temples de Thèbes. Certains monuments de plus de 5000 ans sont décorés de coquilles d’huîtres.

Bien vite, l’apnée est utilisée par les négociants et les militaires. Il s’agit d’entraver ou de couler les navires hostiles gênant le commerce et d’aller dépouiller les épaves de leurs trésors.

Au IVe siècle avant J.-C., Aristote compare les dispositifs respiratoires utilisés par des plongeurs a une trompe d’éléphant et il mentionne également une cloche à plongeur permettant à l’homme de rester sous l’eau quelques instants.

alexandreg

C’est Alexandre le Grand qui a construit la première cloche sous-marine, baptisée « Columpha » l’ancêtre de la cloche à plonger, 322 avant J.-C., afin de découvrir les mystères des fonds marins. Cette technique consiste à emprisonner une bulle d’air dans un tonneau étanche ouvert sur un seul côté, enfoncé dans l’eau à la verticale. C’était le premier instrument de plongée fabriqué des mains de l’homme.

Peu après, les hommes de la méditerranée inventèrent les « urinatores », les premiers nageurs de combat, constitués en unités de mercenaires phéniciens, grecs ou romains. Ils respiraient l’air contenu dans des urnes immergées avant la plongée.

La renaissance.

inde

La Renaissance bouleverse le monde. La plongée profite de ces avancées. On tente d’abord d’augmenter le temps d’immersion en faisant respirer le plongeur, depuis la surface, grâce à un tube. Léonard de Vinci décrit en 1500 un tuba primitif mais il est trop long pour permettre aux poumons de fonctionner. Un essai de « scaphandre » apparaît dans un manuscrit allemand de 1430, sous la forme d’une tenue étanche en cuir et se prolongeant par un tube fin et souple en liaison avec la surface.

Les plongeurs qui essayent ces nouveaux procédés s’intoxiquent rapidement avec le gaz carbonique qu’ils respirent.

borelli2x

En 1531, un italien du nom de Lorena construit une cloche pour rechercher des épaves.
En 1680, le physicien italien Borelli met sur papier un sac de cuir gonflé d’air, un peu comme un poumon artificiel, que les travailleurs sous-marin utilisent comme recycleur (rebreather).

Le plongeur respire grâce à un tuyau qui relie le sac à la bouche du plongeur.

1515

.

Il invente aussi un chausson palmé que les plongeurs portent aux pieds. Les historiens lui donnent le crédit de l’inventeur de la première palme.

.

.

.

haley

En 1690, Edmund Halley fabrique une cloche qu’il recouvre de plomb, dans laquelle deux hommes peuvent prendre place pour travailler au fond. Afin de régénérer l’air de la cloche, des tonneaux étanches contenant de l’air sont vidés régulièrement dans la cloche. Lors du premier essai Halley plonge avec quatre autres hommes pendant plus d’une heure à une profondeur d’environ 50 pieds. Les plongeurs peuvent quitter la cloche grâce à un casque alimenté par un tuyau. Denis Patin innove en proposant d’injecter de l’air sous pression en continu depuis la surface, mais la technologie n’existe pas et il faudra attendre 1790 pour que l’on ressorte ses schémas.17301

Vers 1730 John Lethbridge va récupérer des lingots au fond des mers dans un tonneau en bois duquel ne passent que les deux bras. Il parvient ainsi à demeurer une trentaine de minutes à 50 pieds.

lethbridge1

.

.

Vers 1770 un casque en cuir relié à une pompe dont l’énergie est fournie par un gigantesque ressort d’horlogerie qu’il faut remonter avant la plongée. Ce système lui permettra de remonter des ancres dans les ports du Havre et de Brest.

Plus tard, il dessinera un énorme réservoir que le plongeur traîne derrière lui. La circulation de l’air était assurée par des ressort qui faisait bondir la machine sur un fond dénivelé.

En 1772, Fréminet réalise un engin que l’on peut baptisé comme l’ancêtre du scaphandre et que son inventeur appelle « machine hydrostatergatique ». L’appareil est constitué d’un dôme de cuivre avec 3 hublots faciaux, un habit de cuir enveloppant le corps et un réservoir en ellipse pour assurer la respiration du plongeur. Avec une autonomie de moins de 5 minutes, Fréminet aura surtout inventé la silhouette des scaphandriers à casque.

freminet1x

L’ère des scaphandres est maintenant proche...

flechehaut_page1